Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Apeim

COMPTE-RENDU

COMMISSION EXTRASCOLAIRE

29/01/2015

Présents :

Directeurs des écoles élémentaires : Madame LADOIS (Ecole E. Gerbault),

Monsieur BURON (Ecole Jules Ferry),

Monsieur CARRÉ (Ecole Paul Racault)

FCPE : Monsieur CLARYS

Madame CHAUVIN ROFLET

APEIM : Madame NAFFRECHOUX

Monsieur CHATTÉ

Elus : Madame ROY

Madame PETIT

Monsieur MARQUEZ

Mairie : Madame GONNET

Madame CHRISTOPHE

Monsieur PICHAUREAUX

Monsieur CAILLEAUD

Objectifs de cette commission :

Evoquer les activités extrascolaires gérées par la ville de Montlouis-sur-Loire (transport scolaire, étude surveillée, pause méridienne, garderie du mercredi midi, CLAS).

La commission est composée comme ci-dessus, sachant que les directrices des écoles maternelles (qui sont moins concernées par les problématiques traitées) sont bien sûr invitées à participer si elles le souhaitent.

1-Pause méridienne :

Damien CAILLEAUD (responsable des agents sur la pause méridienne) donne les effectifs d’animateurs par site :

4 animateurs sur l’école Gerbault (plus 2 agents dans le restaurant scolaire) pour environ 160 enfants par jour

5 animateurs sur l’école Racault (plus 2 agents dans le restaurant scolaire) pour environ 250 enfants par jour

5 animateurs sur l’école Ferry (plus 2 agents dans le restaurant scolaire) pour environ 240 enfants par jour

Les agents de restauration émargent en plus dans les effectifs des personnels présents dans les écoles sur le temps méridien.

Sur le premier trimestre 2014/2015, les activités spontanées et de plein air ont été privilégiées au détriment des activités planifiées à l’avance.

Le temps très clément de ce premier trimestre est une raison ayant justifié ce choix, l’autre résidant dans le fait que les enfants demandent parfois à suivre des activités qui n’étaient pas prévues au programme.

Les animateurs sont plus en animation ou en surveillance ?

Sur ce temps particulier ou beaucoup d’enfants sont présents dans l’école, la surveillance reste la priorité. Toutefois, selon les jours, les conditions météorologiques et le contexte, des activités sont proposées (30 mn maximum avec activité).

Aux beaux jours, des jeux extérieurs s’organisent avec un animateur, lequel peut mobiliser de nombreux enfants en même temps.

Lorsque le temps est moins favorable, des actions sont menées dans des salles, selon les possibilités.

Un billet de comportement existe, lequel permet aux animateurs d’établir un lien avec les familles pour les informer d’une difficulté rencontrée sur le temps méridien, ou de l’attitude inappropriée d’un enfant…

Celui-ci doit toutefois être remis en place sur certaines écoles où son utilisation tend à diminuer.

Existe-t-il un règlement intérieur commun à l’école et à la pause méridienne ?

Il existe en effet un règlement qu’il serait sans doute utile d’actualiser. Toutefois, souligne Monsieur Buron, le bon sens est et doit demeurer la première règle.

Il est convenu que les enfants doivent avoir les mêmes droits et les mêmes interdits (toute proportion gardée), afin de donner de la cohérence à l’ensemble des temps de la journée.

Toutefois, les objectifs pédagogiques peuvent être différents et donner lieu à des organisations différentes. Cela se constate sur l’école Racault ou la gestion des passages aux toilettes des enfants ne se fait pas de la même manière, laissant ainsi place à des divergences de position.

Madame Ladois précise que les enfants savent très bien ce qu’ils sont autorisés à faire ou pas, que ce soit sur le temps scolaire ou extrascolaire.

Est ensuite évoqué l’absence d’affichage des passages des enfants de Gerbault au restaurant scolaire. Madame Ladois propose d’apposer l’affiche sur la vitre intérieure de la bibliothèque. Elle sera ainsi toujours en place et visible des enfants.

2- Activités Péri Educatives (APE)

Julien PICHAUREAUX, référent terrain des APE rappelle que 95 % des enfants élémentaires suivent les APE et que cela nécessite 17 ateliers à Ferry et Racault (15/16 l’an passé), et 11 sur Gerbault (10 l’an passé).

Autant que possible, les déplacements sont limités pour favoriser les temps d’activités, mais ils ne peuvent pas être évités.

Une présentation des outils de communication développés depuis cette rentrée scolaire est ensuite faite. Les pictogrammes créés pour chaque activité permettent aux enfants de se repérer et le fait de les coller dans le cahier de liaison des enfants à la fin de la séance d’inscription permet un meilleur retour de l’information vers les parents.

D’ailleurs, un questionnaire à destination des parents va être mis en ligne, via le site de la ville, et une communication les en informant va être donnée avant les vacances de février, afin que ceux-ci puissent apporter leur contribution à l’évolution du dispositif.

Toujours dans cette volonté, un bilan à mi-parcours va être fait avec les enfants sous forme ludique.

Il est demandé comment s’organise la prise en charge des enfants, notamment des CP.

Sur la première séance d’une période, les intervenants vont chercher les enfants en classe pour qu’ils puissent les visualiser. Ensuite, les enfants sont attendus par les intervenants dans la cour. Ceux-ci se répartissent à différents endroits, afin que les enfants sachent où les trouver avec facilité.

Le dispositif évolue également pour le départ des enfants à 16h00. Des groupes se constituent en fonction de ce que font les enfants à 16h00 (départ, périscolaire, étude..).

Il est vrai qu’il y a beaucoup de mouvement entre 15h50 et 16h00, le temps d’organiser la suite.

Julien Pichaureaux explique que quelques projets en lien avec le travail d’un(e) enseignant(e) en classe ont vu le jour cette année scolaire (projet artistique sur Gerbault, maquette sur Racault..). Il faut espérer que cela ira plus loin pour les projets 2015/2016.

Monsieur Chatté demande pourquoi les APE en grande section n’ont finalement pas été mises en place.

Il y a de nombreuses contraintes en maternelle, qui ont été prises en considération. De plus, il n’est pas envisageable de calquer les APE d’élémentaire en maternelle (pas les mêmes horaires, âge des enfants…), ce qui semblait être attendu. Le projet ne pouvait pas aboutir favorablement dans ces conditions.

3- Accompagnement scolaire (CLAS)

Ce dispositif vise à accompagner des enfants qui sont en difficulté scolaire, ou qui ne peuvent pas être suivis à la maison. Au maximum, un adulte prend en charge 3 voire 4 enfants. Les enfants sont positionnés par les enseignants, avec l’accord des parents. Plusieurs réunions dans l’année scolaire permettent de faire un point entre les intervenants et les enseignants. Des rencontres régulières ont également lien avec les familles afin de créer du lien, pour un meilleur suivi des enfants.

L’accompagnement scolaire n’est pas de l’aide aux devoirs. Il s’agit de faciliter la compréhension des enfants. Cela passe bien sûr par un temps de travail scolaire, mais l’apprentissage se fait également à travers des jeux ludiques qui permettent malgré tout de poser des règles, de les respecter, de compter, lire…

Enfin, des temps de partage avec les enfants, les parents, les intervenants du CLAS et les équipes enseignantes existent.

Ce dispositif est bien installé sur l’école Racault ou il existe depuis plusieurs années, et il a commencé sur l’école Ferry début janvier 2015. A terme et dans la mesure du possible, le CLAS s’étendra sur l’école Gerbault.

Les parents peuvent t’ils demander l’inscription de leur enfant ?

Non, l’inscription se fait sur sujétion des enseignants.

4- Etudes surveillées

155 inscrits sur le premier trimestre 2014/2015, et 14 encadrants. Comme l’an passé, nous constatons beaucoup de changements au niveau des inscriptions jusqu’aux vacances de Toussaint.

Ce sont principalement les enfants de cycle 3 qui fréquentent l’étude (39 CE2 ; 46 CM1, 41 CM2) contre 29 pour les cycles 2 (10 CP et 19 CE1).

22% des effectifs de Gerbault fréquentent l’étude, 18% à Racault et 25% à Ferry.

Nous avons peu de retours sur les études.

Madame Roy propose de créer un groupe de réflexion dès la rentrée 2015 (septembre / octobre) pour échanger (avec 2 années de recul) sur le maintien de l’étude pour les cycles 2, et/ou sur la nécessité de faire de l’étude le vendredi, ces deux points étant source de questionnements.

Le groupe de réflexion sera composé d’enseignants et de parents.